En Préambule, voici quelques symptômes liés à l’état de dépression:

TRISTESSE, PLEURS FRÉQUENTS, ANXIÉTÉ, INSOMNIE, OPPRESSION DE LA POITRINE/PALPITATIONS, AGITATION/RUMINATION MENTALE, PERTE DE MÉMOIRE/DIFFICULTÉ DE CONCENTRATION,PERTE D’ESTIME DE SOI, APATHIE/FATIGUE/ASTHÉNIE, SENSATION DE BOULE DANS LA GORGE, DOULEUR MORALE, MAUVAISE DIGESTION, VERTIGES, CÉPHALÉES, DOULEURS PHYSIQUES…

Les troubles Anxio-dépressifs

Les solutions apportées par la Médecine Chinoise Traditionnelle

Ces symptômes passent souvent inaperçus car au départ ils n’entravent pas notre vie et l’on s’y habitue très vite mais quand ils s’installent d’une manière insidieuse, l’état de dépression est alors bien marqué et ils bouleversent notre organisme, notre vie familiale, sociale et professionnelle.

Aujourd’hui dans ma pratique au cabinet, je ne peux que constater l’augmentation frappante des consultations pour troubles anxio-dépressifs. Il est de plus en plus le motif principal de la consultation et cela je dois l’avouer est assez nouveau. Très souvent aussi il se révèle au cours de l’entretien préalable, par l’expression verbal du mal être ou bien encore, les symptômes décrits par le sujet lors de la consultation sont d’ordre psychosomatiques, c’est à dire qu’aucune cause organique ne peut être établie.

Quelques chiffres alarmants :

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, la dépression est la deuxième cause de handicap dans le monde. Elle se situe au quatrième rang des maladies en terme de coût financier par maladie. Selon les prévisions, en 2020, ce trouble se situera à la seconde place en terme de coût parmi les différentes maladies, quels que soient l’âge et le sexe.
Aujourd’hui en France 21% des Français souffre de troubles dépressifs. On constate une augmentation de 33% depuis 2010. Une augmentation de 63% des suicides chez les jeunes de 12 à 18 ans. Comment se fait-il que dans une société ou règne une certaine sécurité matérielle et sociale autant de personne souffre de mal être et de dépression ?
Voici quelques unes de mes réflexions:

Réflexions sur les causes de l’essor des troubles anxio-dépressifs ?

Paradoxalement, la qualité de vie de l’humain a contribué à l’augmentation de nos problèmes psychiques. Je m’explique, nous n’avons plus besoin de lutter pour survivre. Plus besoin de défendre notre territoire, plus besoin de combattre pour manger, dans ces conditions la place du mental a pris plus d’importance au détriment du physique.
En parallèle l’incertitude s’est emparée de nos sociétés modernes. La vie se déroule à un rythme effréné, due entre autre à l’émergence des nouvelles technologies.
Cette incertitude nous rend peu sûr de nous et nous projète dans la peur du futur.
La société de consommation dans laquelle nous vivons crée des désirs à chaque instant, une spirale qui génère beaucoup plus de frustrations qu’elle n’apporte de joie. La satisfaction de l’achat est éphémère.
Parlons également des médias qui sont de gros fournisseurs d’anxiété. Les nouvelles se suivent et semblent obéir à la loi des séries : attentats, crashs aériens, cyclones et autres tremblements de terre… Les gros titres des quotidiens et des journaux télévisés nous plongent dans l’angoisse. Une angoisse sans cesse éveillée.

Mais une des causes essentielles à mon avis est la perte de sens spirituel au sein de nos sociétés contemporaines. Aujourd’hui les dimensions technologiques, matérialistes et scientifiques sont mises en avant au détriment des valeurs spirituelles profondes de l’être humain. Depuis le début de humanité, l’homme a vécu en osmose avec la nature et avec une conscience du Divin, c’est à dire que quelquechose de plus grand, d’invisible existait. Sa dimension intérieure et son état de conscience étaient immenses. Les textes anciens sont un témoignage de cette dimension spirituelle et de la place de l’homme au sein de la nature et du cosmos.
Force est de constater qu’aujourd’hui nous vivons dans une accumulation de biens, une société hyperconnectée qui a fini par nous rendre individualistes et a vidé l’homme de son essence spirituelle. Seul, sans force ni dimension intérieure, l’homme est propulsé a grande vitesse dans un monde de plus en plus complexe ou toute dimension humaine a disparu et il ignore la raison profonde de son existence.

ANXIETÉ, DÉPRESSIONS…Quelques définitions utiles

L’ANXIÉTÉ est un trouble émotionnel provoqué par l’appréhension d’évènements pénibles.
Concerne 10% de la population adulte, plus chez les femmes.
On distingue différentes formes d’anxiété.

  • ANXIETÉ REACTIONNELLE : plutôt normale. C’est en quelque sorte une réaction d’adaptation au stress avec un aspect positif; elle devient pathologique si elle est disproportionnée ou si elle devient un état permanent, si elle devient une souffrance ou encore si elle se complique de signes de dépendances ( toxicologique…)
  • ANXIÉTÉ PATHOLOGIQUE, en chronique cela se traduit par une insécurité permanente, l’appréhension du pire, le grossissement permanent de toutes situations.
    Ce sont entre autre les hypocondriaques !
    S’accompagne souvent de signes somatiques ( digestifs, nerveux, cardiaques, respiratoires…)
    En aigu on est plutôt sur une crise paroxystique, le sentiment d’un danger de mort imminent, de ne plus rien contrôler.
    S’accompagne de somatisations importantes ( valeurs, transpirations, nausées, oppression de la poitrine, crispations musculaires…)

LA DÉPRESSION est une perturbation de l’humeur qui se traduit par de la tristesse, de la mélancolie accompagnée d’une baisse d’estime de soi, un sentiment de souffrance intérieure.
20% des dépressions conduise au suicide, les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes.
On distingue différentes formes de dépression:

DEPRESSION REACTIONNELLE

conditionnée par un événement extérieur traumatisant.
C’est l’atteinte du POUMON par la TRISTESSE.
Elle est normale et nécessaire lors du décés d’un proche. Elle est l’expression de la souffrance de l’individu dans un mécanisme intime. Elle permet au final de métaboliser énergétiquement la la perte.
Bien entendu, connaissant les enjeux internes de l’expression de cette souffrance par la tristesse, il conviendra de ne pas l’étouffer par des calmants mais plutôt l’accompagner. C’est tout l’enjeu de mon travail au cabinet.

DEPRESSION NEVROTIQUE RÉACTIONNELLE

Autrefois appelée Neurasthénie. Il n’y a pas de caractère délirant ou psychotique, le sujet n’est pas coupé de la réalité.
Très souvent déclenché par un contexte affectif, professionnel ou social que le sujet n’arrive pas à gérer.Il y a perte de l’estime de soi.
SYMPTOMES associés : FATIGUE
PROBLÈME DE SOMMEIL
IDÉES NOIRES

DÉPRESSION MAJEURE MELANCOLIQUE

Dans ce cas, il y a perte de contact avec la réalité, avec l’extérieur. La douleur morale est insupportable pour le sujet.Elle est fréquente dans les désordres maniaco-dépressifs.Le mot mélancolie vient du grec melas kholê qui signifie « bile noire ». Dès l’antiquité, on pensait que l’excès de cette bile empoisonnait les patients, les rendant malheureux.C’est un trouble grave, où peuvent se multiplier les idées suicidaires et les passages à l’acte.
La prise d’antidépresseur sera dans ce cas nécessaire afin d’éviter le passage à l’acte.

DÉPRESSION MASQUÉE

L’origine des troubles n’est pas organique.
Le sujet arrive au cabinet avec des troubles qui masquent cette dépression, des dorsalgies, des dépendances à différentes substances telles l’alcool, la marijuana…des problèmes de poids, de sommeil, de l’apathie…

DÉPRESSION D’ÉPUISEMENT, LE BURN OUT

C’est un tableau d’asthénie majeure. Il concerne très souvent les hyper actifs.
C’est un épuisement du physique et du moral majeur.
En Médecine chinoise, nous sommes dans un épuisement des REINS.
Un affaiblissement du sang et du Qi.
De plus en plus courant dans ma pratique.

DÉPRESSION SAISONNIÈRE

Plus fréquent chez les femmes.
La dépression saisonnière, ou trouble affectif saisonnier (TAF), est une dépression liée au manque de lumière naturelle. Il partage des symptômes similaires avec la dépression qui sont:
Tristesse de l’humeur, apparition d’idées noires et parfois de pensées morbides, ralentissement physique et psychique, perte d’envie et de volonté, difficulté à prendre des décisions, disparition du plaisir.

DÉPRESSION IATROGÈNE

D’origine médicamenteuse, elle fait partie des effets indéfrisables de certains médicaments tels les antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques, barbituriques, certains bêtabloquants, corticoïdes, œstroprogestatifs…enfin la liste est longue !

MÉDECINE OCCIDENTALE ET MÉDECINE CHINOISE : DEUX VISIONS TRÈS DIFFÉRENTES

La Médecine conventionnelle traite la dépression en utilisant des substances chimiques dont les grandes familles sont les anxiolytiques(myorelaxants), les antidépresseurs, des antipsychotiques, des psychostimulants ainsi que les somnifères.
Ce sont des substances qui « ABAISSENT LE YANG » qui s’adresse à la plénitude , au feu du foie, à l’agitation extrême du SHEN ( c’est a dire de l’esprit)
Ce qui est une aberration lorsque la dialectique chinoise nous décrit la plupart des dépressions comme une STAGNATION DE QI ou des syndromes de VIDE .
Je veux tout de même préciser que dans certains cas de dépressions majeures avec envie de passage à l’acte, les substances chimiques seront indispensables !
Simplement je constate dans ma pratique que certains sujets suivent des traitements médicamenteux ( psychotropes) depuis de longues années suite à des difficultés ponctuelles ,des douleurs intenses tels perte d’emploi, décès, séparations … mais qu’aujourd’hui rien n’est réglé ! Les traitements ne devraient pas excéder 6 mois!
Aujourd’hui on prescrit beaucoup trop facilement de psychotropes et de somnifères, à la moindre difficulté passagère ou douleur morale. On veux étouffer cette douleur, de plus la sentir, ne plus penser, alors qu’il faudrait se poser la question essentielle « pourquoi je souffre? ». Il faudrait plutôt se poser la question de nos modes de vie, du sens de la vie, du manque qui angoisse…
Je pense que la dépression fait parti d’un processus de développement, de transition, de changement qu’il faudrait accepter comme tel et l’accompagner avec des méthodes plus douces.

En Asie, la dépression est une maladie honteuse. Elle est ignorée par les gouvernements et les individus. Les gens ne jugent pas important de faire part de leurs problèmes d’anxiété et de dépression à leur médecin, ils vont plutôt parler de leur fatigue chronique, problème de sommeil, de trou de mémoire …et pensent que, si les médecins traitent leurs symptômes physiques, ils pourront ensuite régler leurs troubles émotionnels par eux-mêmes.
Précisons également qu’en Asie la cellule familiale est plus unie et la dimension spirituelle plus présente.
Le terme de DÉPRESSION n’existe pas dans la dialectique de la Médecine Chinoise Traditionnelle. IL sera rattaché a YU ZHENG (syndrome de blocage affectif, maladie psychoaffectives).

LES ÉMOTIONS VUES PAR LA MÉDECINE CHINOISE

Le NEI JING, le plus ancien texte de Médecine chinoise traditionnelle référence 7 émotions associées aux 5 organes internes. Ces émotions en excès ou en en insuffisance durant une longue période deviennent pathologiques et blessent l’organe associé. S’en suit alors un dérèglement énergétique qui s’il est durable se manifeste en maladie.
Une dissonance d’un organe peut également conduire a des déséquilibres émotionnels.

• La colère est liée au foie
• La joie est liée au cœur
• L’anxiété est liée aux poumons
• Les soucis sont liés à la rate
• La tristesse est liée aux poumons
• La peur est liée aux reins
• La frayeur est liée aux reins

Notons tout de même que les deux organes les plus sensibles aux émotions sont le COEUR et le FOIE.
Le COEUR abrite le SHEN ( L’ESPRIT), une disharmonie du coeur affectera donc le Shen et l’on verra apparaitre des troubles du sommeil, de la confusion, des pleurs et des rires incontrôlés, de la démence et de l’hystérie dans les cas beaucoup plus graves.
LE FOIE harmonise les émotions et règle la circulation et la répartition du QI et du sang.
La colère et les frustrations affectent particulièrement le foie.
La STAGNATION DE QI DU FOIE ou blocage de l’énergie du foie est l’origine de la plupart des dépressions ou maladie des émotions.
Mais je ne fais pas de généralité, il y a d’autres causes !

En résumé , LE MÉCANISME DE DÉPRESSION EST LIÉ À LA DIFFICULTÉ DE DÉPLOYER ÉMOTIONS ET SENTIMENTS, CE QUI CRÉE DES BLOCAGES ET STAGNATIONS ET, A LA LONGUE EST SOURCE DE MODIFICATION MORBIDE.

iStock 501295459 - Les troubles Anxio-dépressifs

MA MÉTHODOLOGIE AU CABINET

La consultation comprend plusieurs étape

1/ Une écoute attentive et bienveillante qui vous permettra de vous exprimer, de vous confier sur votre histoire.
2 /Un bilan énergétique ( anamnèse, prise des pouls, observation ) afin de mettre en lumière le « type » de dépression et son mécanisme pathologique sous-jacent.
3/ Traitement du syndrome à l’aide de tous les outils disponibles de la médecine chinoise que sont l’acupuncture, la moxibution, le tuina.
4/ Quelques conseils.

La dépression est un désordre profond, un chaos, une douleur morale intense. Elle a toujours un germe, une cause, il est me semble nécessaire de s’interroger sur ses causes profondes.
La médecine chinoise ne déclare pas qu’elle peut traiter facilement tous les troubles dépressifs mais grâce à ses outils performants que sont le DIAGNOSTIQUE ÉNERGÉTIQUE, l’ACUPUNCTURE et le TUINA, elle offre de réels espoirs d’amélioration, d’apaisement voire de guérison. Elle permet de retrouver un équilibre physique et psychique.
Le désir sincère du patient à améliorer sa situation est indispensable, c’est un travail qui s’effectue à deux.

Pour PRENDRE RENDEZ-VOUS

……….

NATALY COURTOIS ( Novembre 2018)